« A la maison » : un spectacle sincère et touchant

« A la maison » : un spectacle sincère et touchant

« A la maison » : un spectacle sincère et touchant

Hier matin nous avons rendu visite à Lucienne, qui nous a accueillis durant une petite heure « à la maison ». Dans la salle intimiste des Ateliers d’Amphoux, nous avons en effet eu l’impression de pénétrer dans le quotidien de Lucienne et d’être ses invités, ses confidents.

La comédienne Denise Aron-Schröpfer, seule en scène, réussit à établir dès les premières minutes une relation particulière avec le public. Son regard et son sourire nous attendrissent tandis que la mise en scène de Cédrick Lanoë crée une intimité certaine et nécessaire.

Lucienne nous raconte sur le ton de la confidence son quotidien dans LA maison, celle où l’on vit lorsque les années ont passé et que l’on ne peut plus s’occuper seul de soi. Elle y évoque ses relations avec les autres résidents et les infirmières, raconte les petits bonheurs du quotidien, mais aussi les peines et les colères. Et cela sonne juste. C’est que le texte d’Alain Lahaye a été nourri des témoignages recueillis auprès des pensionnaires d’une maison de retraite.

On ne tombe pas pour autant dans le pathos ou la facilité, ce qui aurait pu être l’écueil d’un tel sujet. Nous ressentons la fragilité de ce personnage, certes, mais c’est aussi une femme indépendante, que la bibliophagie, les anciens amours et le goût pour la musique continuent à animer. Et l’humour aussi. Ces passages humoristiques, bien qu’un peu moins justes au niveau de l’interprétation, permettent d’apporter de la légèreté au propos et de renforcer la connivence avec le spectateur qu’elle appelle finalement à s’enivrer, citant Baudelaire : « De vin, de poésie, de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous ! ».

Son histoire vous touchera forcément, car on est tous, de près ou de loin, confrontés à la vieillesse et à la beauté des souvenirs. C’est un sujet nécessaire, social et engagé. Nous ressortons du spectacle émus mais avec l’envie de faire plaisir à Lucienne et de continuer à nous enivrer… avec un autre spectacle du Festival par exemple ?

A voir aux ateliers d’Amphoux (Festival d’Avignon OFF) jusqu’au 30 juillet 

Lucile Joyeux et Maxime Pauwels« A la maison » : un spectacle sincère et touchant

Related Posts

1 comment

Join the conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *