« Sopro » de Tiago Rodrigues : le théâtre ne tient qu’à un souffle

« Sopro » de Tiago Rodrigues : le théâtre ne tient qu’à un souffle
SOPRO (Souffle) - 71e FESTIVAL D'AVIGNON Texte et mise en scène : Tiago RODRIGUES - Scénographie et lumière : Thomas WALGRAVE - Son : Pedro COSTA - Costumes : Aldina JESUS - Assistanat à la mise en scène : Catarina RÔLO SALGUEIRO - Avec : Isabel ABREU - Beatriz BRÁS - Sofia DIAS - Vitor RORIZ - João Pedro VAZ - Cristina VIDAL - Dans le cadre du 71e festival d'Avignon Lieu : Cloître des Carmes - Ville : Avignon - Le 05 07 2017 - Photo : Christophe RAYNAUD DE LAGE

« Sopro » de Tiago Rodrigues : le théâtre ne tient qu’à un souffle

Le vent gonfle les rideaux qui entourent le plateau du Cloître des Carmes et un personnage fait son entrée ; il ressemble à un technicien, vêtu de noir, d’un casque, de dossiers, qui vérifie le plateau avant le début de la représentation. C’est en fait la souffleuse qui est pour la première fois sous les projecteurs, elle qui a passé sa vie à observer la scène par le « trou du souffleur ». Sopro, le souffle.

Durant tout le spectacle, elle dirige la représentation en soufflant les répliques à chaque comédien, dont deux comédiennes qui racontent et jouent son histoire. Tiago Rodrigues nous donne en effet à voir le processus de création de la pièce, il fait jouer son propre rôle par un comédien, le directeur de théâtre, qui décide de proposer à la souffleuse de devenir le personnage principal de son futur spectacle. Il lui propose de jouer son rôle dans un théâtre en ruines, un théâtre qui a cessé d’exister mais qui est ramené à la vie par les souvenirs des trente-neuf ans de métier de la souffleuse. Elle a des doutes, mais finit par accepter le projet. La pièce peut commencer.

Elle souffle ses propres souvenirs aux comédiens qui incarneront son histoire.

Les anecdotes sont souvent drôles et émouvantes et rendent compte de l’importance de son rôle dans le théâtre. En effet, elle est souffleuse mais aussi secrétaire, assistante et même confidente des membres de la troupe. Elle est invisible pour le public mais les comédiens ont besoin d’elle ainsi que sa directrice. Cette dernière lui dit d’ailleurs une phrase qui résume parfaitement son rôle dans le théâtre : « Votre discrétion doit être à la hauteur de l’indiscrétion des acteurs ». La souffleuse entend tout, elle voit tout, c’est la mémoire du théâtre mais elle se doit de ne pas révéler ses secrets.

Sopro est un hommage aux métiers du théâtre, ceux que le public ne voit pas mais qui sont nécessaires pour créer un spectacle comme celui de menuisier ou encore de régisseur.

Tiago Rodrigues partage avec nous son amour pour le théâtre et nous parle de l’importance de préserver ces lieux de création et les métiers qui l’accompagnent. Même un théâtre en ruines peut continuer à vivre tant que le souffleur sera là pour insuffler l’air nécessaire à la parole des comédiens.

A voir jusqu’au 16 juillet au Festival d’Avignon.

Lucile Joyeux et Maxime Pauwels« Sopro » de Tiago Rodrigues : le théâtre ne tient qu’à un souffle

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *